S'inscrire
S'inscrire

Qu’est-ce que l’investissement dans les infrastructures non cotées ?

Investir dans les infrastructures non cotées

Qu'est-ce que l'investissement dans les infrastructures ? Comment investir dans les infrastructures non cotées ?

Investir infrastructures non cotées : l'investissement dans les infrastructures non cotées

Imaginez un monde sans routes, sans électricité, sans internet… Impensable, n’est-ce pas ? Les infrastructures, souvent invisibles au premier abord, sont pourtant les piliers de notre société moderne. Elles connectent les populations, stimulent l’économie et façonnent notre quotidien.

Saviez-vous que les infrastructures peuvent aussi être un investissement prometteur ? En effet, investir dans ce secteur stratégique permet non seulement de contribuer au développement durable et à la résilience de notre société, mais aussi de générer des rendements financiers potentiellement intéressants.

Prêt à explorer l’univers de l’investissement dans les infrastructures ?

Ce guide complet vous permettra de :

  • Comprendre les principes de l’investissement dans les infrastructures,
  • Explorer les investissements dans les infrastructures non cotées,
  • Découvrir une solution de diversification.

Notre sélection de fonds infrastructures

FCPR Eiffel Infrastructures Vertes

  • Accessible au sein de contrats d’assurance-vie, PER ou contrat de capitalisation distribués par Grisbee Gestion Privée,
  • Démocratise l’investissement dans les infrastructures non cotées liées à la transition énergétique en France et en Europe,
  • Labellisé Greenfin et classifié article 9 SFDR.

Qu'est-ce qu'une Société de libre partenariat (SLP) ?

Financement des projets d'infrastructure : un carrefour entre acteurs publics et privés

Les projets d’infrastructure nécessitent des investissements conséquents. Pour concrétiser ces projets d’envergure, plusieurs acteurs et stratégies de financement se mobilisent :

  • Entités gouvernementales: Acteurs traditionnels, les administrations locales, régionales et nationales s’impliquent souvent en première ligne dans le financement et la gestion des infrastructures. Elles peuvent le faire directement ou en créant des partenariats avec des acteurs privés.

  • Entreprises privées: Les entreprises privées jouent un rôle croissant dans le financement des infrastructures, notamment via des modèles d’investissement spécifiques:

    • Core Infrastructure : Investissement dans des infrastructures matures et stables, générant des revenus prévisibles.
    • Core Plus : Investissement dans des infrastructures existantes avec un potentiel de croissance modérée.
    • Value Add : Investissement dans des infrastructures en développement, offrant un potentiel de rendement plus élevé mais aussi des risques accrus.
    • Fonds d’investissement en Private Equity Infrastructure : Fonds collectifs regroupant des capitaux d’investisseurs pour financer des projets d’infrastructures, offrant une diversification et une gestion professionnelle.
  • Partenariats Public-Privé (PPP) : Collaboration entre le secteur public et des entreprises privées pour concevoir, financer, construire et exploiter des infrastructures. Les PPP permettent de répartir les risques et d’apporter l’expertise du secteur privé.

L'investissement dans les infrastructures non cotées

L’investissement dans les infrastructures est une facette souvent oubliée de l’univers du non coté.

L’investissement dans les infrastructures non cotées consiste à financer la construction, l’exploitation et la maintenance d’actifs essentiels au bon fonctionnement de l’économie et de la société. Contrairement aux infrastructures cotées en bourse, ces investissements ne sont pas accessibles aux particuliers sur les marchés financiers traditionnels.

Les investissements d’infrastructures peuvent concerner une large variété de secteurs, tels que :

  • Les transports : construction d’autoroutes, de ponts, de lignes ferroviaires, d’aéroports…
  • Les infrastructures sociales : hôpitaux, écoles, stades, prisons…
  • Les télécommunications : réseaux de téléphonie mobile et internet haut débit
  • L’énergie : centrales électriques, éoliennes, hydroélectriques, réseaux de distribution d’électricité…
  • L’environnement : traitement des eaux usées, gestion des déchets, production d’eau potable…

Investir dans les infrastructures : Greenfield vs. Brownfield

L’univers de l’investissement dans les infrastructures se distingue par deux catégories principales : les projets Greenfield et les projets Brownfield. Chacun présente des caractéristiques, des avantages et des risques distincts qu’il convient de prendre en compte avant de prendre une décision d’investissement.

Projets Greenfield : investir dans la nouveauté

Les projets Greenfield, également connus sous le nom d’investissements “en champs verts”, désignent la construction de nouvelles infrastructures à partir de zéro. Cela implique généralement l’acquisition de terrains, la planification et la construction de nouvelles installations, ainsi que le développement de nouveaux systèmes et technologies. Les infrastructures Greenfield bénéficient des technologies les plus récentes et les plus performantes, offrant une meilleure efficacité énergétique et une réduction de l’impact environnemental.

Avantages

  • Potentiel de rendement élevé
  • Technologie de pointe

Inconvénients

  • Risque plus élevé et nécessite des capitaux importants

Projets Brownfield : investir dans l'existant

Les projets Brownfield, également connus sous le nom d’investissements “en friches industrielles”, concernent l’amélioration, la rénovation ou l’extension d’infrastructures existantes. Cela peut inclure la modernisation d’usines vieillissantes, la réhabilitation de bâtiments délabrés ou l’agrandissement d’installations existantes. Les projets Brownfield nécessitent généralement des investissements moins importants que les projets Greenfield, les rendant plus accessibles aux investisseurs particuliers.

Avantages

    • Potentiel de rendement mais plus faible que les Greenfield
    • Une génération de revenus et un retour sur investissement plus rapides que les Greenfield car le délai d’exécution des projets Brownfield est généralement plus court

Inconvénients

  • Technologies obsolètes
  • Les projets Brownfield sont généralement moins risqués que les projets Greenfield car les infrastructures existantes offrent une certaine visibilité en termes de coûts et de délais.

En résumé, le choix entre les projets Greenfield et Brownfield dépend de votre profil d’investisseur, de votre tolérance au risque et de vos objectifs d’investissement.

Comment investir dans les infrastructures non cotées ?

Longtemps réservée aux investisseurs institutionnels, l’infrastructure s’ouvre de plus en plus aux particuliers.

Auparavant, les infrastructures étaient caractérisées par des tickets d’entrée élevés, souvent inaccessibles aux particuliers. En effet, le financement de ces projets d’envergure requérait des investissements importants, dissuadant les investisseurs individuels. Cependant, l’arrivée de fonds d’infrastructures dédiés aux particuliers a changé la donne. 

Zoom sur ces différentes façons d’investir dans les infrastructures.

Investir dans les infrastructures non cotées via des fonds d'investissement

Investir dans des fonds d’investissement dédiés aux infrastructures nécessitent généralement des ticket d’entrées de 100 000€ minimum.

Ces fonds sont disponibles au sein de véhicules d’investissement tels que les FCPR (Fonds Commun de Placement à Risque), les FPCI (Fonds Professionnel de Capital Investissement), ou encore les SLP (Sociétés de Libre Partenariat). 

Ces véhicules sont gérés par des sociétés de gestion spécialisées. Elles offrent aux investisseurs la possibilité de diversifier leur portefeuille en accédant à des opportunités de rendement attractives dans ce domaine spécifique de l’investissement non coté

Ces fonds sont gérés par des professionnels expérimentés qui sélectionnent une variété d’infrastructures pour diversifier le portefeuille. Le niveau de risque varie selon la stratégie du fonds, mais il est généralement modéré à élevé.

Avantages

  • Diversification du portefeuille
  • Expertise professionnelle

Inconvénients

  • Risque modéré à élevé

Investir dans les infrastructures non cotées en assurance-vie

Une alternative plus accessible, pour investir dans un fonds d’infrastructure, consiste à acquérir des parts via des unités de compte logées dans une assurance-vie mais aussi au sein d’un PER, d’un compte-titres ou d’un contrat de capitalisation.

Certains fonds en euros spécialisés, et à capital garanti, permettent également d’investir dans les infrastructures.

Avantages

Inconvénients

  • Les investissements dans les infrastructures non cotées sont généralement peu liquides.

Investir en direct dans les infrastructures non cotées

L’investissement direct est réservé aux investisseurs institutionnels et avertis. Il implique une implication directe dans le financement et la gestion de projets d’infrastructures, ce qui se traduit par un niveau de risque élevé et un investissement généralement important. Une expertise et une connaissance approfondie du secteur sont requises.

Avantages

  • Contrôle direct du projet
  • Potentiel de rendement élevé

Inconvénients

  • Risque élevé
  • Investissement important
  • Expertise requise

Investir dans les infrastructures via le crowdfunding immobilier

En plus des fonds d’infrastructures, le crowdfunding immobilier se présente comme une alternative pour les particuliers souhaitant investir dans des projets d’infrastructures. Le crowdfunding immobilier se caractérise par la participation de plusieurs investisseurs qui se rassemblent pour financer des projets. Cette approche innovante permet aux individus de participer au financement de projets immobiliers d’envergure avec des tickets d’entrée souvent modestes, démocratisant ainsi l’accès à ce type d’investissement.

Avantages

  • Des tickets d’entrée modestes permettent à un large public de participer à des projets d’envergure.

Inconvénients

  • Peu de projets pour le financement d’infrastructures

Pourquoi investir dans les infrastructures ?

L’investissement dans les infrastructures offre une alternative intéressante pour diversifier votre portefeuille. Il présente également différents avantages :

  • Résilience face aux cycles économiques : Les infrastructures répondent à des besoins essentiels et sont donc moins sensibles aux fluctuations des marchés financiers. Elles procurent ainsi une certaine stabilité au sein d’un portefeuille.
  • Potentiel de rendement attractif : Les infrastructures non cotées génèrent généralement des revenus stables et prévisibles, ce qui peut se traduire par des rendements intéressants sur le long terme.
  • Contribution au développement durable : En investissant dans des projets d’infrastructures durables, tels que les énergies renouvelables ou les transports verts, les investisseurs peuvent contribuer positivement à l’environnement et à la société.
  • Diversification du portefeuille : Les infrastructures non cotées présentent une faible corrélation avec les autres classes d’actifs, permettant de diversifier efficacement un portefeuille et de réduire le risque global.
 

Cependant, il est important de garder à l’esprit que l’investissement dans les infrastructures non cotées n’est pas exempt de risques :

  • Risque de liquidité : Les investissements en infrastructures non cotées sont généralement illiquides, ce qui signifie qu’il peut être difficile de les revendre rapidement.
  • Risque de crédit : Le défaut de l’émetteur de l’infrastructure peut entraîner une perte en capital pour l’investisseur.
  • Risque de projet : Les projets d’infrastructures peuvent rencontrer des retards, des dépassements de budget ou d’autres problèmes, ce qui peut affecter négativement leur rentabilité.

Vous souhaitez investir dans les infrastructures non cotées ?

Vous souhaitez en savoir plus sur les fonds d’infrastructures non cotées pour diversifier votre patrimoine ?

Prenez rendez-vous avec l’un de nos conseillers en gestion de patrimoine.

Nos conseillers vous accompagnent dans la durée

Les conseillers en gestion de patrimoine de Grisbee Gestion Privée sont en mesure de vous accompagner dans l’ensemble de vos problématiques patrimoniales : épargne, diversification, défiscalisation, préparation de la retraite, réduction de vos frais de succession et transmission de votre patrimoine…

Connaissant parfaitement ces problématiques, ils vous apportent des conseils financiers adaptés à votre situation et à vos objectifs.

Ces sujets pourraient vous intéresser

FCPI investir innovation
Défiscalisation

FCPI

Soutenez des startups innovantes

En savoir +
FCPR Private Equity
Diversification

FCPR

Investir dans l'économie réelle

En savoir +
Le Private Equity : investir dans les sociétés non cotées en bourse
Diversification

Private Equity

Investir dans le non coté

Voir nos conseils
Investissement non coté
Diversification

Non coté

Investir dans le non coté

Voir nos conseils
Dette privée - investissement non coté
Diversification

Dette privée

Investir dans le non coté

Voir nos conseils

Besoin de conseils pour investir dans les infrastructures ?

Etre rappelé

ou

Prendre rendez-vous avec un conseiller en gestion de patrimoine

01 39 43 32 61

Appelez-nous du lundi au vendredi, de 9h à 19h (appel non surtaxé)

Nos conseillers sont à votre disposition pour toutes vos questions financières

Venez nous rendre visite

Nous vous accueillons au 3 rue Pétigny à Versailles (78000)

Vous souhaitez découvrir nos solutions d'investissement dans les infrastructures ?

Ils recommandent notre cabinet en gestion de patrimoine

"Je recommande Grisbee Gestion Privée à tous ceux qui veulent optimiser leurs placements financiers!"
avis utilisateur Grisbee
Laure G.
31 ans
"Une Banque Privée en ligne sans des montants astronomiques pour des produits de qualité."
avis utilisateur Grisbee
Jean-Pierre S.
49 ans
"Particulièrement satisfaite des outils Grisbee tant pour la défiscalisation que pour faire fructifier l’épargne"
avis utilisateur Grisbee
Valérie E.
37 ans
Comments are closed.